Poucet
De Jeanne Béziers, d'après « Le Petit Poucet » de Charles Perrault 

Création 2012 au Théâtre du Jeu de Paume, Aix en Provence

Après des années passées au Théâtre du Maquis, Poucet, Le Temps des Mensonges est la première création de macompagnie. Ce spectacle s’inscrit dans un cycle sur les contes et les peurs commencé en 1999 à Paris avec l’adaptation de La Barbe Bleue et que suivra celle du Petit Chaperon Rouge en 2013 au Bois de l’Aune à Aix en Provence. 
Jeanne Béziers a écrit Poucet dans un souffle, avec exaltation, et une envie de mordre dans ce texte comme l’ogre dans la chair fraîche, et ce héros minuscule dans la vie.  
 
Les contes sont des synopsis, des classiques, qui permettent toutes les libertés. 
Poucet se situe à une lisière de l’enfance très touchante. A un endroit où l’on se perd pour mieux se retrouver. On ne sait pas encore qui l’on est, gentil ou méchant, fille ou garçon. 
Dans ce spectacle, Poucet et l’Ogre sont joués par des femmes, et l’Ogresse par un homme. Les repères ne sont pas stables. Et l’Ogre finit par être petit et émouvant quand Poucet le met à terre, et se hisse sur ses épaules. 
La sortie de l’enfance n’est ni rose ni simple. 
Poucet se salit un peu les mains en prenant appui sur l’Ogre. 
Dans cette pièce musicale, tout le monde ment. Et à ce jeu, Poucet est un petit roi. Comme dans Big Fish de Tim Burton ou Le Baron de Münchhausen, il déforme la réalité, l’enjolive. Et c’est avec des mots qu’il triomphe de l’Ogre. 
 
On interroge ici l’envie de ne pas se laisser manger, engloutir par ses peurs, par sa famille, par les Ogres, ou les loups du dehors, qui peuvent, on le sait, prendre des formes diverses et variées.  
On y expérimente le désir absolu de devenir soi-même. 
 
Poucet, Le Temps des Mensonges raconte l’histoire authentique et ébouriffée du plus petit des héros minuscules. 
Comment il naquit sous la foudre, comment il séduisit l'Ogresse avec une fourmi, comment il échappa à l'Ogre dans l'oreille d'un cheval. 
Entre rêve, mensonge et réalité, Poucet raconte, et se hisse, et rebondit encore. 
Un Poucet en chansons où l’on danse sur des échelles, où l’on se perd pour mieux se retrouver. Un conte jubilatoire et musical qui préfère les chemins de traverse aux sentiers battus.
 
Mise en scène : Jeanne béziers
Assistante à la mise en scène : Nancy Madiou
Avec :
Jeanne Béziers
Isabelle Desmero
Stephane Dunan Battandier
Musique Originale : Martin Béziers
Costumes : Christian Burle
Décor : Stéphane Mathieu
Lumière : Jean-Bastien Nehr
Création son : Cédric Cartaut
Coproduction : Théâtre du Jeu de Paume, Aix en Provence – ASSAMI
Avec le soutien du Crédit du Nord – Théâtre du Maquis, de l’ADAMI, de la MJC de Manosque, du Sémaphore de Port de Bouc, de la Ville de Simiane, de Rousset et de la Communauté du Pays d’Aix.


Extraits de Presse
Perdus dans la forêt, Poucet et ses frères trouvent refuge dans la maison de l’ogre, échappent de justesse à l’appétit féroce de ce dernier… Et si tous ces épisodes célèbres du conte n’étaient que mensonges ? L’histoire peut alors se raconter autrement, prendre des chemins différents. C’est ce que propose cette version musicale du Petit Poucet où l’on croise échelles, échasses et personnages excentriques, comme l’ogresse dans un costume rouge sang très réussi. Poucet est celui qui invente, qui rêve, qui sent. Un imaginaire débridé interprété avec conviction par les trois comédiens-chanteurs. 

Françoise Sabatier-Morel – TÉLÉRAMA Sortir. Décembre 2012 
 

Dans la mise en scène de Jeanne Béziers, ingénieuse et efficace, les échelles doubles deviennent tour à tour bottes, cheval, grotte, arbre, les costumes se transforment, jouent avec les formes du dessin, comme l’époustouflante robe de l’ogresse, les masques projettent sur les murs des ombres fantastiques, le brouillard se peuple de loups, de terreurs cachées… L’écriture de des mots, de leurs sens, dans une appréhension gourmande et ludique du langage, aidée en cela par les musiques créées par Martin Béziers. Les 3 acteurs se glissent dans la peau de tous les personnages, chantent, miment, dansent, animées d’une belle force comique. 

Maryvonne Colombani / ZIBELINE – 21 mars 2012 
 

Cette histoire théâtrale parsemée de chansons, nous entraine dans un voyage initiatique où l’on se perd pour mieux se retrouver. De simples échelles évoquent aussi bien un cheval qu’un lit ou un arbre. Les nombreux jeux de sonorisation, tels que certains échos, révèlent la pertinence de ce dispositif qui appuie la force du texte. 

Sarah Phénieux / LA MARSEILLAISE – 27 juillet 2012 

 
Sur scène, trois comédiens rivalisent d’abattage pour nous raconter cette histoire pleine de bruit et de fureur. La mise en scène est pleine de trouvailles, la musique (signée Martin Béziers) est très réussie et les acteurs épatants. 

LA PROVENCE – 19 juillet 2012
 
 
Le petit Poucet, l’abandon des enfants dans la forêt, les petits cailloux puis les miettes de pains, l’ogre et l’ogresse, les bottes de sept lieux. Loin de l’illustrer, Jeanne Béziers s’approprie le conte de Perrault. Il en ressort de son Poucet que les monstres ne sont forcément ceux pas ce qu’on croit et qU’être un géant n’est pas une question de taille. Et il y a les mensonges. Dans Poucet tout le monde ment, pas toujours pour nuire mais parfois pour se protéger ou épargner les siens. Les protagonistes parlent en chantant ou chantent en parlant. De même qu’ils vont et viennent le long d’échelles tour à tour lit, arbre et bottes de sept lieues. Jeanne Béziers souligne les âpretés qui donnent leurs dimensions universelles aux contes dits « pour enfants ». Plus proche du théâtre musical que du spectacle de chansonnettes, Poucet le temps des mensonges affiche une vision et une esthétique aussi pertinentes que séduisantes. 

 Michel Flandrin / France BLEU VAUCLUSE Festival Off Avignon 2012


L'équipe
Jeanne BEZIERS – Auteure, metteuse en scène, comédienne 

Après une maitrise de lettres modernes et une licence d’italien, elle suit une 
formation de comédienne à l’Ecole du Centre Dramatique National de Saint- 
Etienne. 
Tous ses textes ont été portés à la scène entre 50 et 150 fois (sauf pour les 
pratiques amateurs). Elle écrit Anne, ma soeur Anne en 1999, puis Lilith et 
Icare
en 2002, Kawa en 2004, Enrageons-nous !, spectacle de chansons des Biches de mer, en 2005, Une opérette de salle de bain, en 2008, Monstres, Songes et Songs en 2009. Elle répond à des commandes d’écriture : pour la compagnie amateur Arts Nouveaux en résidence au théâtre de Lenche : Le Cabaret du Crime en 2006, et Le Souffleur en 2007. Elle écrit Le Pacte d’après Dracula de Bram Stoker, commande de Artimon Productions pour Le Festival d’Avignon 2014. 
Après une douzaine d’années au sein du Théâtre du Maquis, elle crée sa propre 
structure en 2011 : macompagnie, qui a pour vocation d’explorer la mixité des 
genres, art contemporain, populaire, écriture moderne, classique, chanson française, opéra, rock, danse, musique, théâtre, cirque... Depuis, elle adapte et met en scène successivement deux contes de fée, Poucet et Rouge, qui sont créés respectivement au Théâtre du Jeu de Paume en 2012, et au Théâtre du Bois de l’Aune, en 2013, à Aix en Provence. Ces spectacles tournent en France, en Nouvelle Calédonie, Poucet est représenté au Festival d’Avignon 2012. Elle crée en janvier 2014 Precious Ridiculous, d’après les Précieuses Ridicules de Molière, au Théâtre du Gymnase à Marseille. En 2015 elle crée une adaptation scénique de La Chapelle Sextine de Hervé Le Tellier. Ses inspirations et ses aspirations 
se situent autour d’un théâtre physique et expérimental, comme celui de James Thiérée, de Joël Pommerat ou encore de Wajdi Mouawad qui gardent toujours le souci de la fable. A l’instar des pataphysiciens, Jeanne Béziers met sur le même plan l’imaginaire et la réalité, et se soucie peu de ce qui est sérieux ou de ce qui ne l’est pas, puisque, de fait, elle défend cela de la même manière.

Isabelle DESMERO - Comédienne et chanteuse. 

Après des études aux conservatoires de Nîmes et de Paris, elle travaille régulièrement avec l’Atelier du possible, « La Vie qui va », « Ephémerides », « Immense et Minuscule »… avec la Compagnie La Rumeur dans des opéras et opéras de rue : «Mahagony», «Carmaine», «Les opératrisses»… Elle joue également dans des mises en scènes de Yvan Romeuf, « Un Après-midi d’Avril », de Pictur’Music, de Tetra Art, «Ah Dieu que la guerre est jolie», «Lysistrata», et du Theatropéra, «Hergondule et Galahan», de Mots à Mâcher, «Flûche et la chanson de Monsieur», «Jeux de scène», «La légende de Kiabu Boara»... 
Elle crée au Théâtre du Rond Point « Paroles de Femmes » de Dario Fo. 
Elle chante sur toutes les scènes marseillaises, et a souvent le don d’ubiquité, « Faut que ça souingue », « Yetem», « Zab et la boîte à vent », « Tout fout l’camp »…  
Elle rencontre Jeanne Béziers à l’occasion du « Cabaret des Hérétiques », Mise en scène de Pierre Béziers, et interprète l’Ogre en 2012 dans « Poucet, le Temps des Mensonges ».

Stéphane DUNAN BATTANDIER - Comédien, chanteur et batteur percussionniste. 

Autodidacte, il se forme d’abord au sein de nombreux groupes musicaux, dont le groupe gardois « Portelli » (Nombreuses représentations et tournées dans toute la France). 
De 2008 à 2010 il suit la formation professionnelle de l’IMFP de Salon de Provence. 
Depuis7 ans il est batteur et comédien au sein du Théâtre du Maquis, « Les Biches de Mer », « Les Deux morts de Quinquin la Flotte », « Kawa », « Soulomi Rouge », « Les Poules auront des dents », « Le Cabaret des Hérétiques », « Les Bougres ».

Martin Béziers - Compositeur, pianiste, chanteur et comédien. 

Après un deug de sciences et un deug de musicologie, il intègre la classe de jazz de Jean-François Bonnel à Aix-en-Pce. 
En 1999, il compose et interprète les musique de Epopée Lubrique de Marion Aubert, et de Anne, ma soeur Anne, de Jeanne Béziers, pour trois ans de tournée en France et à l'étranger. 
Il continue ensuite l'aventure familiale en composant les musiques des spectacles de Jeanne Béziers et de Pierre Béziers, au sein du Théâtre du Maquis. Ainsi, de 2000 à 2004, il est l'auteur des chansons de Lilith et Icare, Kawa, des musiques de scène de 208, des Lettres perdues d'Honoré Bonnaventure et de Falesa, deux spectacles qui tournent dans le Pacifique sud, au Maroc, en Ecosse... 
Il compose et enregistre plusieurs bande-son pour la compagnie de l'Echelle. Il crée des arrangements originaux pour la comédie musicale Irma-la-douce, de A. Breffort et M. Monnot. 
En 2006, il crée et interprète la musique de Soulomi Rouge de P. Béziers, et joue dans Les Deux morts de Quinquin la Flotte de Jorge Amado. 
Sur scène et au conservatoire, il se constitue une famille artistique et musicale, et crée avec Jeanne Béziers le groupe musical Les Biches de Mer en 2005. En 2006, le groupe reçoit l'aide à la création et à l'innovation musicale de la DRAC. Il tourne en France et à l’étranger durant trois ans. 
En 2007, il compose la musique de La Compagnie des Spectres de Lydie Salvayre, création au Festival d'Avignon, de Une opérette de salle de bain, de Jeanne Béziers, en 2008, et de Alcools, d’après Guillaume Apollinaire, en 2014, dont il co-signe la mise en scène avec Pierre Béziers. 
Depuis 2010, il crée et dirige des projets musicaux au sein de son association musicale : « Les Brûlants » - Fantasticus, Vlan, Miss Mexique, Sans Vergogne. 
Il organise un événement annuel, avec le soutien de la comunauté d’agglomération du Pays d’Aix les Nuits brûlantes, qui réunit des acteurs de la musique actuelle en Région paca. 
Récemment, il compose et interprète sur scène les musique de Et l’Acier s’envole aussi, mise en scène de Pierre Béziers sur des textes de Guillaume Apollinaire, création 2016, Festival d’Avignon 2016. 
 
 

Cédric CARTAUT – Création son et vidéo, comédien 

Formé à l'IMFP de salon en section prise de son, Cédric Cartaut ouvre son studio d'enregistrement à Aix-en-Provence en 2005 où il produit les albums de groupes tel que : Cotton Candies, Quartiers Nord, Swiss Yerba Buena Creole Rice Jazz Band, Jean-François Bonnel, Fantasticus etc... 
Sur scène, il assure les créations de plusieurs compagnies : Tableau de service, Quartiers Nord, la Boite à mus, Picture music, macompagnie. 
En 2005, Cédric compose l'album Negative zone distribué par Musea Records. En 2008, il compose et écrit le spectacle Lune pour la compagnie de danse contemporaine La courbe et la Plume. 
En 2010, il crée avec la photographe Alice Lemarin l'exposition photographique et sonore La fabrique à rêve pour l'Espace Commines.  
Toujours dans l’idée d’une exploration artistique, Cédric Cartaut se met à la vidéo. En décembre 2014, au Bois de l’Aune, il crée 360° à l’ombre des géants mélangeant vidéo et concerts. 
En 2015, il monte sur les planches pour la première fois en tant que comédien dans le spectacle La chapelle Sextine au côté de Jeanne Béziers, comédienne et metteuse en scène de macompagnie. Le spectacle d’après un texte contemporain d’Hervé Le Tellier est présenté à la Maison de la Poésie de Paris, au CDN d'Angers, au Théâtre du Rond Point à Paris, et au Festival Off d’Avignon 2015.  
Il se positionne aujourd'hui comme un véritable partenaire artistique de macompagnie, il réalise les créations sonores et visuelles de Sit Ozfars Wysr en 2016 et travaille avec Jeanne Béziers à affirmer une ambition artistique de la performance, expérimentale et fantaisiste. 

Stéphanie MATHIEU – Scénographe 

Scénographe diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT) à Lyon. Architecte diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Industries de Strasbourg. Depuis 1998, elle fait les décors de tous les spectacles de Michel Raskine, la plupart du temps au Théâtre du Point du Jour, et dernièrement à la Comédie de Valence. Le dernier en date est La danse de mort de August Strinberg. Depuis 2001, elle conçoit également toutes les scénographies de Laurent Fréchuret (directeur du CDN de Sartrouville). 
Sa dernière création est L’opéra de 4 sous de Kurt Weil et Bertold Brecht. 
Elle travaille également régulièrement avec Emmanuel Daumas à Lyon, Philppe Delaigue, Camille Gemser, Michel Didym, André Fornier. . . Elle rencontre Martin Béziers sur la création de Epopée Lubrique de Marion Aubert, au CDN des Treize Vents à Montpellier. Elle collabore très régulièrement avec Jeanne Béziers depuis 2002, Lilith et Icare, Kawa, Les Biches de Mer...
Jean-Bastien NEHR - Créateur lumiere

 Éclairagiste et régisseur lumière depuis une vingtaine d’années. 
Il débute à la Fontaine d’Argent à Aix en Provence, puis à la cité du livre, très vite il est repéré par de grandes structures. 
Il travaille actuellement pour le Théâtre du Maquis, Le Ballet d’Europe, la Cie Cube (Paris), Le Cartoun Sardines Théâtre, le Festival de Marseille, la Cie Tandaim, le Ballet de Marseille, et crée les lumières des spectacles de Angelin Preljocaj au CCN « Le Pavillon Noir ». 
Il a créé les lumières des spectacles de Jeanne Béziers depuis 1999


Christian BURLE - Costumier. 

Depuis 1986, il travaille régulièrement avec Le Cartoun Sardines Théâtre, la Compagnie des Oiseaux, le Théâtre du Maquis. Il travaille actuellement avec l’Agence de Voyages Imaginaires, la Compagnie de Philippe Car, et la Compagnie Castafiore (danse). 
Il a également réalisés de nombreuses créations pour divers metteurs en scènes, en particulier Vladislav Znorko, Sylvie Mongin-Algan et Pierre Sauvageot, ou chorégraphes tels 
Michel Kéléménis, Josette Baïs, Didier Deschamps, Jany Jérémie. Il a créé les costumes de tous les spectacles de Jeanne Béziers depuis « Anne, ma soeur 
Anne », en 1999.